jeudi 8 septembre 2016

Au bord des cendres de Jean François Bouygues


Novembre 1994.
Vincent, meurtri par la vie, part à la recherche de sa grand-mère Valentine, perdue depuis juin 1944. Il la retrouve finalement dans un hôpital psychiatrique. Commence alors un étonnant voyage dans le temps, entre 1936 et 1944. Une saga familiale conduite par les destins croisés de deux soeurs, Valentine et Susie.


Avis et note

14/20

J'ai débuté ce roman sans grandes appréhensions, ayant vu sur Livraddict que des avis positifs, je me lançais avec sûreté !
Et puis les 100 premières pages sont presque avalées.
Le début du roman donne envie de poursuivre rapidement la lecture avec l'histoire de Vincent. 

Vincent est un homme qui a tout perdu, à qui la vie n'a pas fait de cadeaux. Mère mourante qu'il n'a jamais aimé, père pas très présent, famille presque inexistante à part sa jeune soeur. Il perd son fils de 5 ans. Bref on n'a qu'une envie c'est que la vie de Vincent soit plus belle.

Malheureusement ce n'est pas lui que nous allons suivre dans ce roman. C'est Valentine et sa famille à travers la seconde Guerre Mondiale. Valentine est sa grand-mère qui s'est murée dans le silence depuis des dizaines d'années. Sauf que la rencontre avec Vincent va tout changer. Elle se confie.
L'histoire commence alors.

Nous retrouvons dans les années 40 Valentine, Adrien, Susie et Henri. A travers ces quatre personnages va se dérouler une histoire déchirante. 
Ces personnages sont forts. La douce Valentine, le si gentil Adrien, la désinvolte Susie et l'ignoble Henri. Avec ça on ne peut faire qu'une bonne histoire.

La force de ce roman est cette forme de récit chorale. Nous entrons dans l'histoire à travers tous les personnages mais certains très secondaires (ce qui parfois peut gêner). Egalement l'écriture très émouvante de l'auteur qui m'était inconnu. On sent vraiment qu'il a été habité par ce roman. 

Ce que je peux en revanche reprocher à ce roman c'est certaines longueurs qui ne servent pas réellement à l'histoire. Il y a certains passages que je n'ai pas vraiment saisi et qui à mon sens ne servaient pas à grand chose.

Petite mention spéciale à la si belle fin du roman qui m'a vraiment touchée. Dans ma tête se dérouler ce dernier passage comme un film. Émouvant !

crying

Aucun commentaire:

Publier un commentaire